Les nouvelles de la Province

André DURAND 1930 - 2021
ADIEU L’INFATIGABLE MISSIONNAIRE ET
ÉVANGELISATEUR EN MOBYLETTE

     Le dimanche 24 octobre 2021, Dieu, notre Père a rappelé à Lui son bon et fidèle serviteur, le père André Durand, prêtre missionnaire Oblat de Marie Immaculée, ancien missionnaire au Cameroun. Il était âgé de 91 ans. André Durand est né le 16 novembre 1930. À 24 ans, après des études de philosophie au séminaire diocésain et le service militaire, il est attiré vers la vocation missionnaire et entre au noviciat des Oblats. Il fait ses premiers vœux le 8 septembre 1955 et les vœux perpétuels le 8 septembre 1958. En 1959, à 29 ans, il est ordonné prêtre ; et le 20 avril de la même année, il reçoit sa Première Obédience : selon son souhait, c’est pour la Mission du Cameroun. Il y restera exactement 50 ans dont 40 ans chez les MBOUM dans la région du Mayo-Rey, plus particulièrement à TOUBOURO (diocèse de Garoua).

     Durand était un missionnaire dévoué à tous, allant vers les plus pauvres, aimant travailler dans la pauvreté, il donnait tout ce qu'il avait et il recevait pas mal. Il était tellement généreux en argent, que le Provincial de l’époque a dû intervenir pour lui enlever son carnet de CCP (Compte Courant Postal). Il s'était détaché de sa voiture pour faire tous ses voyages en mobylette à TOUBORO et ailleurs ou même à pied lorsque celle-ci était en panne. Il lui est arrivé toutes sortes d'histoires : arrêté par les coupeurs de route qui voulaient s'en prendre à sa valise chapelle: "Touche pas à ça ! cria-t-il, c'est sacré!" Le bandit eut peur...et lui dit de s'asseoir par terre. Si sa mobylette tombait en panne, il était capable de la démonter entièrement sur le bord de la route, de la réparer, de la remonter et de repartir. Arrivé à Garoua, la communauté des chrétiens lui a payé une nouvelle mobylette. Il était vraiment partout présent. À Maroua comme à Mokolo, il ne manquait pas d’aller vers les gens. A Lyon, dans sa chambre, il n'y avait rien sinon sa bible, son bréviaire, des feuilles volantes. Il était complètement détaché de tout, fidèle à son engagement à la suite du Christ.

     En plus de sa vie austère qu’il nous laisse comme témoignage, on peut encore relever deux choses. Premièrement, en 2019, alors qu’il souffrait terriblement d’une arthrose lombaire invalidante – des nerfs pincés par les vertèbres – André Durand, avec un grand sourire dit : « Je pense à Marthe Robin (une mystique clouée au lit de nombreuses années), c’est depuis son lit qu’elle a évangélisé. Comme elle, j’accepte de participer à la souffrance du Christ ». Deuxièmement, l’année d’après, en 2020, à l’occasion de ses 90 ans, une amie des Oblats demande à André quel message il a pour les jeunes Oblats. Après un temps de silence, il dit : « Le travail vous attend ! Et on a aussi besoin de vous pour s’occuper de nous. Quand le vieil âge arrive, ça nous oblige à nous ressembler un peu, car la vieillesse, il faut la prendre et la supporter, soit pour nous-mêmes soit auprès des autres. Quant à moi, c’est la foi en Jésus qui m’anime et qui me fait savoir que les jeunes et les vieux Oblats sont tous frères. Que le Seigneur vous bénisse ! ». Cher Durand, valeureux missionnaire, simple et toujours joyeux, entre donc dans la joie de ton Maître que tu as servi avec dévouement et abnégation. Repose en parfaite paix et intercède pour nous.


P. Noël DOOLALILA, OMI

 

Sources :
✓ Témoignages et Documents n°92
✓ E-Mail François Carpentier, OMI
✓ Thomas Mbaye, OMI et Joachim Manianga, OMI (sources orales)

 

L’ANIMATION MISSIONNAIRE DANS LA PAROISSE SAINTE FAMILLE DE MAYO DARÉ - DIOCESE DE NGAOUNDERÉ

14 AU 15 AOÛT 2021

C’est en réponse à la décision du Provincial et de son Conseil demandant aux oblats de la Province du Cameroun de faire connaitre à tous ce que les Oblats fêtent en cette année de grâce 2021, que quatre confrères à savoir le Père Noël DOOLALILA, le Père Pascal KIDARI, le Frère Sc. YANGA Jean et le Frère Sc. AMASSANKA Jonas se sont mis en route le 13 août 2021 à 9h en direction de la paroisse Sainte Famille de Mayo-Darlé dans le diocèse de N’Gaoundéré.

 

En effet, ce voyage a pour but de parler des Oblats aux fidèles de cette paroisse fondée en 1953 par le père Gaston Bois, omi. A l’annonce de notre arrivée, les paroissiens s’attendaient à voir des missionnaires à la peau blanche. Qu’à cela ne tienne, l’accueil était de taille. Le curé, l’Abbé Nestor TCHALEU et toute la paroisse nous ont réservé un accueil chaleureux. L’occasion nous était alors donnée de leur dire que nous avançons au large depuis 75 ans sur les pas de nos premiers pères et si possible recueillir quelques témoignages de vie sur Mgr Yves PLUMEY, guide de la première équipe des Oblats arrivés au Nord Cameroun et au Tchad. Quelques activités vont meubler notre séjour.

 

Journée du samedi 14 aout 2021

La principale activité de la matinée était consacrée à la visite des premiers sites qui avaient abrité la première mission fondée par les oblats en 1953, le premier presbytère et l’école primaire où le regretté Mgr Joseph Djida avait fait ses premiers pas avant d’aller au Collège de Mazenod.

Dans l’après-midi, le curé de la paroisse nous a accordé l’opportunité de parler aux chrétiens sur le but de notre visite. Notre partage était subdivisé en quatre parties à savoir : la biographie de notre fondateur, Eugène de MAZENOD était présentée par le Frère Sc. YANGA Jean. Le Père Noël DOOLALILA a parlé de la vie de Mgr Yves PLUMEY. Le Père Pascal KIDARI a partagé sur la Province oblate du Cameroun et les œuvres réalisées par les OMI depuis leur arrivée. Enfin, le Frère Sc. AMASSANKA Jonas les a entretenus sur nos maisons de formation qui justement forment ceux qui continuent l’œuvre missionnaire oblate au Cameroun, au Tchad et au Nigeria. De ce partage, il ressort que les 75 ans que nous fêtons en cette année jubilaire n’est pas seulement un évènement historique mais c’est surtout la joie de se reconnaitre fils de Saint Eugène de MAZENOD qui avancent au large ensemble sous les traces laissées par Yves PLUMEY et ses compagnons au Cameroun-Tchad-Nigeria pour une évangélisation encore plus fructueuse.

 

Journée du dimanche 15 aout 2021

Notre présence dans cette paroisse a coïncidé avec plusieurs évènements. Il s’agissait de la célébration des 45 ans de mariage des parents de l’abbé Cyrille TENEJOU, économe du diocèse de N’Gaoundéré et qui était d’ailleurs présent et le sacrement de baptême d’un enfant administré par le père Pascal KIDARI. L’homélie dite par le père Noël DOOLALILA était l’occasion de parler des oblats puisque certains fidèles n’étaient pas présents la veille, le samedi.

Nous pouvons dire que nos frères ainés avaient beaucoup de foi, de courage, d’abnégation, de réel détachement et de confiance en Dieu vu l’enclavement de Mayo-Darlé. Même au XXIe, l’accès dans cette localité reste un parcours du combattant. Les premiers Oblats n’ont jamais reculé face aux dangers de toutes sortes. Il faut relever d’ailleurs que Mgr Jean PASQUIER, après sa retraite comme premier évêque de N’Gaoundéré, passera les derniers jours de sa vie dans cette paroisse. Ce qui nous bouscule donc dans notre vocation comme Missionnaires Oblats de Marie Immaculée. Nos pionniers dans la mission ont beaucoup fait et nous rendons grâce à Dieu qui a permis que nous parlions encore des OMI sur cette terre de Mayo-Darlé. Ce fut une très belle expérience missionnaire pour chacun de nous. La paroisse sainte Famille de Mayo-Darlé a grandi et on ne peut que s’en réjouir. En dehors du nombre important des fidèles, cette paroisse a donné à l’Eglise un évêque, des prêtres, des religieux et des religieuses.

Que le Seigneur, par Marie Immaculée, continue de bénir le travail missionnaire des OMI pour qu’ils avancent au large avec espérance sans hésitation.

Frère Sc. Jonas AMASSANKA, omi

Frère Sc. Jean YANGA, omi

P. Pascal KIDARI, omi

P. Noël DOOLALILA, omi

 

VISITE DU PERE PROVINCIAL AU TCHAD

Depuis sa nomination  le 05 mai 2020 et son installation le 21 octobre 2020 à Garoua, le père Ferdinand OWONO NDIH, omi, provincial des missionnaires oblats de Marie Immaculée, a bien voulu poursuivre  sa visite pastorale de cette année, dans les communautés oblates du Tchad. Sa visite s’étendra donc du  1er octobre au 10 octobre 2021.  Ainsi, il visitera tour à tour les communautés oblates de Moundou et de N’Djamena en faisant escale à lere, à Pala et à Bongor.  

 

Cette visite a été marquée  par les célébrations eucharisties dans les paroisses et communautés oblates, la rencontre avec les évêques des diocese où les oblats oeuvrent, la rencontre  avec les laïcs associés aux Oblats, la rencontre avec les oblats en mission aux Tchad, la visite des lieux de mission et pastorale des Oblats et enfin l'installation du supérieur de la communautés de Djari. 

Tous les missionnaires Oblats travaillant au Tchad expriment leur reconnaissance et lui souhaitent un bon retour et  une bonne mission en tant que supérieur provincial. 

 
IMG_20211004_111143.jpg
20211004_091010.jpg
IMG_20211006_140616.jpg
20211004_091649.jpg

INSTALLATION DU SUPERIEUR DE LA COMMUNAUTE OBLATE A DJARI

« Soyez des bergers du troupeau de Dieu qui est sous votre garde, veillez sur eux, non pas parce que vous le devez, mais parce que vous le voulez bien, comme Dieu le veut ; ne poursuivant pas un gain malhonnête, mais désireux de servir. (1 Pierre 5:2-11) 

Le 11 septembre 2021 était un jour de bon augure dans la communauté oblate de Djari ndjamena au Tchad puisque le père Christopher REMJEMO a été installé comme supérieur de la communauté. 

L'installation a été faite au cours de la célébration eucharistique présidée par le provincial, père Ferdinand owono Ndih à 6H:00 dans la chapelle de la communauté. 

Après l'homélie etait l'installation du supérieur de la communauté. Mais avant cela, il a été appelé devant l'autel par le provincial à proclamer sa foi catholique en récitant le credo. 

Oh! Quelle merveilleuse matinée ce fut pour beaucoup d'entre nous qui assistons pour la première fois à l'installation d'un nouveau supérieur. 

Tous les prêtres (résidents et visiteurs) ont souhaité au père Christopher Remjemo de chaleureuses FÉLICITATIONS.

 
IMG_20211011_061512.jpg
IMG_20211011_063119.jpg
IMG_20211011_061525.jpg

ORDINATION EPISCOPALE DE MGR DOMINIQUE TINOUDJI, EVEQUE DU DIOCESE DE PALA

        Ancien recteur du grand séminaire théologique interdiocésain  saint Luc de BAKARA dans l’archidiocèse de N’Djamena, l’abbé Dominique TINOUDJI est  né le 08 Août 1973 à Manli.  Il  est originaire du  diocèse de Moundou situé au Sud du Tchad. Il est entré au petit séminaire Saint Jean de Pala, où il obtient un Bepc et un Baccalauréat. Après  cette étude secondaire, il effectua ses études philosophique et théologique respectivement aux grands séminaires de SARH et N’Djamena.  Il sera ordonné prêtre le 8 janvier 2005 pour le compte du diocèse de Moundou.

         Après son ordination presbytérale, il fera une insertion pastorale dans une paroisse comme vicaire. Ensuite, il sera envoyé aux études en Florence (2005­-2008), ces études se solderont par l’obtention d’une  licence en théologie Biblique. Entre 2011 et 2015 il soutient son doctorat en théologie Biblique. De son retour au pays, il était successivement formateur au moyen séminaire de SARH et du grand séminaire  théologique saint Luc de BAKARA.

       Il a été nommé évêque de Pala le 03juillet 2021par sa sainteté le pape François.  Il a été sacré évêque le 02 octobre 2021 conformément à la constitution lumen gentium 21 du deuxième concile du Vatican, qui stipule que « la consécration sacramentelle rattache le nouvel élu aux apôtres, qui, par l’imposition des mains, transmirent à leurs collaborateurs le don spirituel qui s’est communiqué jusqu’à nous à travers la consécration épiscopale.» Il s’agit donc d’un moment essentiel  dans la vie de chaque évêque, puisqu’il conditionne la vie même de l’Eglise et assure sa pérennité. Ainsi par cette consécration, Monseigneur DOMINIQUE TINOUDJI devient le troisième évêque de Pala, et succède monseigneur Jean-Claude BOUCHARD, omi qui aurait passé 43 ans de service comme évêque dans le diocèse de Pala. Notons que la devise d’ordination épiscopale du nouvel évêque est tiré dans l’évangile de Saint Jean au chapitre 15, 14 qui dit ceci : « vous êtes mes amis ». Par ailleurs, dans son mot de remerciement il soulignait que l’amitié transcende les cultures, les races, les peuples et les nations. Ainsi, par cette devise, il montre sa proximité envers le peuple qu’il lui a été confié. 

         Il faut souligner que le nouvel évêque n’a pas manqué de relever que les missionnaires oblats de Marie Immaculée ont été les maillons dans  l’évangélisation du Mayo-Kebbi.

Les oblats, si nombreux, ayant à leur tête, leur supérieur provincial le père Ferdinand OWONO NDIH, omi, étaient présents à cette consécration. Ils manifestaient ainsi leur attachement au diocèse de Pala et à l’évêque dudit diocèse. En effet, il est bien dit dans la préface de nos constitutions et règles que l’oblat est vraiment un homme de l’évêque.

Nous souhaitons un bon ministère à l’Evêque TINOUDJI Dominique.

ORDI.jpeg
 

CELEBRATION DU JUBILE DE DIAMANT DE LA PRESENCE OBLATE AU CAMEROUN

     Le mois de février marque l'annonce de l'année jubilaire qui commémore le soixante-quinzième anniversaire de la présence oblate au Cameroun. Les premiers missionnaires oblats sont arrivés au Cameroun en 1946. Comme vous pouvez l'imaginer, c'était une étape plutôt audacieuse de commencer une mission catholique dans un avant-poste aussi reculé et rural du pays à cette époque. Cependant, la vision des missionnaires s'est avérée providentielle et la province s'est considérablement développée au cours des soixante-quinze dernières années. Cette année jubilaire a été pour nous l'occasion de se remémorer le passé et, surtout, d'envisager l'avenir avec enthousiasme. 

    La célébration ouvre ses portes le mercredi 08 septembre avec le renouvellement des vœux, la première profession et la profession perpétuelle de nos frères oblats du Tchad, Nigeria, Cameroun, Sénégal, Togo, Madagascar. L'événement a eu lieu à la paroisse Saint Pierre de Garoua avec plus de 3000 personnes présentes. 

     le jour suivant, Jeudi 9 septembre, a été un autre jour mémorable de la célébration à la procure des missions de Garoua au Nord Cameroun, nous avons fait un geste environnemental. Chaque promotion du noviciat, en commençant par la promotion la plus ancienne, a planté un arbre et/ou une fleur dans la cour de la Procure. Ce fut un moment de joie car, ce faisant, nous avons prié pour ceux qui ne pouvaient pas continuer ce chemin avec nous et pour ceux qui nous ont précédés dans la maison du père. 

Vers cinq heures du soir a eu lieu le concert musical religieux avec environ 8 chorales différentes de la paroisse et  la chorale du scolasticat maison Yves Plumey et celle des neo-profès du noviciat bienheureux Joseph Gerald. La chorale de la maison yves plumey et celle des néo-profès ont présenté quelques-unes des différentes chansons composées pour l'année jubilaire. 

     La matinée du 10 septembre a été réservé pour rendre hommage et pour prière pour nos frères défunts qui sont allés se reposer avant nous aupres du père. Vers 9h après le petit déjeuner, nous nous sommes tous rassemblés dans le cimetière oblat qui se trouve dans la procure des missions Garoua pour prier. 

Plus tard dans la soirée du même jour, nous avons eu une conférence-débat sur le thème les OMI, 75ans après, comment avancer au large avec espérance ? la conférence-débat avait pour modérateur le père Edmund Himbo, omi.  Les panelistes qui l'entouraient étaient entre autre: le père Ferdinand OWONO  Ndih,  le  père Noël DOLALILA et l'abbé Martin HAPMO qui ont successivement présenter les  thèmes suivant : la trajectoire historique des Oblats de ces 75ans.   la pédagogie des Oblats : rendre l’homme raisonnable, chrétien et lui proposer la sainteté, et enfin l’aperçu holistique, de l’aspect pastoral et catéchétique des Oblats.  Présent à la conférence étaient l’archevêque de l’archidiocèse avec plus de 600 auditeurs dans la salle paroissiale et à l’extérieur de la salle paroissiale de la paroisse Saint Pierre de Garoua.  

     Le samedi 11 septembre, la célébration a commencé par le plantation et la bénédiction de la croix à l’esplanade de la cathédrale Saint Thérèse de l’enfant Jésus de l’archidiocèse  de Garoua par l’archevêque du diocèse, Mgr Ambassa Faustin Ndjodo et le provincial,  le père Ferdinand Owono Ndih en présence du représentant personnel du chef de l’Etat ATANGA Nji Paul, du gouverneur de la région, jean Abate Edi ’i, et des oblats prêtres et frères. 

A la fin de la bénédiction de la croix, l’ensemble des personnes conviées à cette festivité se sont retrouvées à la paroisse Saint Pierre de Garoua pour la messe pontificale présidée par l’archevêque du diocèse Mgr Ambassa Faustin Ndjodo. Et concélébré par l’archevêque émérite de l’archidiocèse de Garoua, Mgr Antoine Ntalou, évêque du diocèse de Yagoua, mgr Barthelemy Yaounda, le provincial de la province de la France, père Gruber Vincent, le provincial de la province du Cameroun, père Ferdinand Owono Ndih, le supérieur de la délégation du Sénégal,  père louis Dieudhieu, une multitude des oblats prêtres  et des prêtres diocésain. 

La messe a était marquée par l’ordination sacerdotales de quatre diacres et l’ordination diaconale de deux oblats à vœux perpétuels. 

Au cours de son homélie l’archevêque, Mgr Faustin Ambassa Ndjodo, nous rappelle l’importance de la  célébration,  Les circonstances que Dieu a rendues favorable pour que sa parole se fasse connaitre et son amour manifesté. Enfin, il invite tous à être des grands serviteur de l’Eglise puisque l’Eglise en a besoin en son sein. 

Avant la fin de la messe, le provincial de la province oblate du Cameroun, prenant la parole, remercie toute la famille oblate, y compris les laïcs associés et la jeunesse oblate, pour leur engagement et dévouement. Il exprime de manière particulière sa gratitude au chef de l’état pour avoir répondu favorablement à notre invitation et sa présence à travers le ministre de l’administration territorial du Cameroun. Ce qui manifeste à suffisance l’intérêt qu’il accorde au travail missionnaire sur le terrain. Comme signe de notre reconnaissance au chef de l’Etat, le provincial, au nom de toute la famille oblates a offert un cadeau au chef de l’Etat. 

       C’est par des séries de photos pour la postérité qu'un terme a été mis à la celebration  eucharistique qui a été suivi d’un repas festif. 

      Nous avons beaucoup grandi en tant que province au cours des soixante-quinze dernières années et nous célébrons cela avec joie. 

Donc, pendant que nous poursuivons l'année jubilaire, nous vous invitons tous à vous joindre à nous pour prier pour notre province alors que nous cherchons à renouveler toutes choses en Christ. 

Que le Seigneur continue de nous bénir ainsi que nos familles de son amour ! 

DSC01848.JPG
DSC01890.JPG
 
IMG_1495.JPG
IMG_1673.JPG
IMG_1594.JPG
DSC01886.JPG

LA NAISSANCE DANS LA GRANDE FAMILLE DES MISSIONNAIRES OBLATS DE MARIE IMMACULEE.

Le 8 septembre, fête de la Nativité de la Bienheureuse Vierge Marie, marque pour la quasi-totalité des Oblats, le commencement de leur vie, ou simplement leur naissance dans la Grande famille des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée.

Le 8 septembre 2021 était une journée spéciale pour les religieux missionnaires oblats de Marie Immaculée de la province du Cameroun car, en plus du renouvellement des vœux des scolastiques, nos confrères novices ont aussi émis leurs premiers vœux au sein de la congrégation. Il s'agissait de 20 novices dont les noms suivent : ABASUMOH SOLOMON SUNDAY (Nigeria), ALI EMMANUEL TERKULA (Nigeria), BESSI EUGENE, BOISSY ALY PROSPER (sénégal), CHUKWUMA GERALD CHUKWUKA (Nigeria), EDOUARD DIOUF PIERRE (Sénégal), (France) LAURENT ), EKE SAMUEL EKE (Nigéria), EKWUEME ERNEST ONYEKACHI (Nigéria), EZEKA CAMILLUS CHIKAMSO (Nigéria), LOGA MELOGA AMBROISE(cameroun), NDOUR PAUR MAMADOU (Sénégal), STEPHANE OUDAN (sénégal), ​​TCHOUKKOUNBE RAOUL(Cameroun), TYONA MSUGH DAVID (Nigeria), WOBULE DANIEL THADDEUS (Nigeria) et YAMBE CHRISTIAN(Cameroun).

Par ailleurs, un tel événement ne s'est pas terminé avec la première profession des novices ; il y avait aussi des vœux perpétuels de six de nos confrères qui se sont engagés de façon définitive suivant la formule d'oblation perpétuelle. Il s'agissait des frères ABUUL PETER (Nigeria), APOUVI JEAN BAPTIST (togo), OGBU FELIX (Nigeria), RAKOTOATISOA LUCIEN (madagascar), WAYANE LEON (sénégal) et WAYANG COLBERT (cameroun).

La cérémonie de profession a eu lieu lors d'une célébration eucharistique présidée par le Révérend Père Vincent Gruber, provincial de la province oblate de France. Cependant, autour de lui se tenaient le Pr Ferdinand OWON NDIH, provincial de la province oblate du Cameroun, le Pr Louis DIEDHIOU, supérieur de la délégation oblate du Sénégal, de nombreux prêtres oblats, frères, laïcs associés, jeunesses oblate, amis et membres de la paroisse Saint Pierre Garoua.

Ainsi, suivant nos Constitutions et règles de vie, nos frères ont fait vœu de chasteté, de pauvreté d'obéissance et de persévérance, chacun devant son supérieur majeu r qui a reçu, à son tour, ces vœux prononcés au nom de la congrégation et de l'Église universelle. Et puisque "la croix est au cœur de notre mission",cf., C. 4, les profès ont reçu leur croix de mission, signe distinctif des Oblats. Il s'agissait des petites croix pour les frères à vœux temporaires et des grandes croix accompagnées des médailles de la Bienheureuse Vierge Marie pour les frères à vœux perpétuels.

la liturgie a été caractérisée par des chants et des danses bien exécutés par la chorale Saint Eugène de Mazenod Garoua et les scolastiques.

Après la cérémonie, les nombreux invités - environ 300 paroissiens, familles, amis et Oblats - ont profité d'une célébration festive.

 
DSC01782.JPG
DSC01733.JPG
DSC01687.JPG
DSC01733.JPG

ANNEE JUBILAIRE, UN MOMENT POUR RECONSTRUIRE LA CHARITE OBLATE DANS LA PROVINCE

Le testament que notre fondateur Saint Eugène de Mazenod nous a légué est celui de pratiquer la charité entre nous et au dehors le zèle pour le salut des âmes. Et si nous jetons un regard sur le thème qui nous accompagne en cette année jubilaire, à savoir : « d’avancer au large avec espérance », nous constatons comme oblat que, ce mouvement d’aller vers l’avant nécessite la présence d’une tierce personne. C’est ainsi que de cette thématique surgit une double interrogation. Comment avancer au large avec espérance de nos jours comme oblat ? Comment cette année d’action de grâce nous aidera-t-elle à retrouver la saveur de la charité oblate qui semble disparaître ? 
L’année jubilaire est un moment d’action de grâce et un temps de relecture de notre histoire en tant que province oblate, ceci à la lumière de la foi. En jetant un coup d’œil dans l’histoire de nos premiers pères, nous voyons que la réussite de la mission auprès des pauvres est le fruit de la charité fraternelle. Si le succès de la mission est l’une des conséquences de la charité oblate, comment relèverons-nous le défi de cette charité qui est relégué au second plan dans notre province aujourd'hui? Nous soulignons ici quelques points à savoir :
Jeter un regard sur nos premières sources d’inspirations qui sont l’histoire de la congrégation et nos Constitutions et Règles. Ceci pour voir comment le fondateur et ses compagnons ont vécu cette vie communautaire et quel esprit le fondateur voulait pour chaque membre de cette famille lorsqu’il insistait dès le début de la fondation sur la charité entre nous. 
Chacun peut s’interroger en son nom en se disant : moi oblat, que puis-je faire pour reconstruire le vivre ensemble et accepter l’inter culturalité pendant cette année jubilaire. En effet, beaucoup pense que le vivre ensemble et l’inter culturalité sont impossibles pourtant, tout est possible par la grâce de Dieu et l’effort de chacun. Il suffit juste d’accepter que l’autre avec qui je suis est un don de Dieu et qu’il est différent de moi et que notre rencontre est un mystère. En outre, retrouvons en nos frères en communauté le visage des parents, des frères, des sœurs et amis que nous avons quittés car en communauté, nous trouvons ses frères capables de nous aider, de nous écouter, de nous aimer, de nous pardonner, etc.
Combattre la barrière tribale. 
Au niveau matériel, les interrogations ci-après nous aiderons à réfléchir ensemble sur la charité entre nous. Sommes-nous honnêtes dans  nos comptes ? Est-ce que nous mettons nos talents au service de nos communautés ? Est-ce que nous soutenons nos confrères en difficultés ? Et comme oblats en formation, quels types de relation avons-nous avec nos frères en communauté ?
Pour que cette année jubilaire nous aide à repenser  la charité oblate dans notre province, il faut que la pépinière de la province (le prénovicait, le noviciat et le scolasticat) cultive cet esprit de charité afin de grandir ensemble pour une mission fructueuse.

 

VINGTIEME ANNIVERSAIRE  DE L'ASSASINAT DU PERE HENRI DENEJKA

Dans la dynamique du jubilé de nos 75 ans de présence et d'action missionnaire,nous avons célébré ce 17 mai 2021 à Karna, le 2 0ème anniversaire de l'assassinat du P Henry DENEJKA, missionnaire Oblat de Marie Immaculée.

La messe Pontificale présidés par Mgr Emmanuel ABBO, Évêque de Ngaoundéré, a été pour tous une occasion d'évoquer le souvenir de ce valeureux missionnaire au tempérament doux.
Dans son homélie de circonstance, Mgr Abbo a interpellé les fidèles de Karna sur la mort de cet innocent en les invitant à poser un acte de réconciliation par un pèlerinage sur sa tombe.
Cette célébration a connu la participation d'une délégation de 4 oblats, une vingtaine de prêtres diocésains, de 3 missionnaires fransaliens, un grand nombre de Religieuses de la ville de Ngaoundéré et de Karna, des autorités (sous préfet et maire) de l'arrondissement de Mbé et des fidèles venus nombreux de Ngaoundéré et de karna-Mbé, environ 500 personnes au point où l'église s'est trouvée petite. 
Cette belle célébration s'est achevée autour d'un verre de convivialité gracieusement offert par la paroisse.

 
Henri2.jpeg
Henri4.jpeg
Henri5.jpeg

INTERVIEW AU PERE HYACINTH NWANERI, OMI.

 

Ne perdez pas courage! l'avenir est plus grand.

"vos ainés étaient braves. je le souhaite pour vous" mots de monseigneur Paul Lontsié-Keuné, évêque du diocèse de Yokadouma, adressés aux Oblats dans un interview fait dans son diocèse le Mardi 06 avril 2021 par le Père Ferdinand Owono Ndih, OMI. 

LE CONSEIL PROVINCIAL ELARGI AUX SUPERIEURS DE COMMUNAUTES ET DE DISTRICTS

De mardi 13 au vendredi 16 avril 2021 s’est tenu le conseil provincial élargi aux supérieurs de communautés et de districts de la province oblate du Cameroun.

Tout commence avec l’adoration au saint sacrement animée par le Père MBADI NYEP NTEP Luc, OMI, le mardi soir. Comme pour rappeler la place centrale du Christ dans la vie et la pastorale du missionnaire. 
Ensuite, le mercredi matin le Père Provincial, Père Ferdinand Owono NDIH, a présidé la messe d'ouverture au cours de laquelle il a également évoqué la nécessité de rendre grâce à Dieu en cette année jubilaire.
Parlant du conseil élargi à proprement parlant, cette rencontre répond à l’exigence du numéro 108 de notre constituions : 
« Pour une meilleure participation de tous à la vie et à la mission de la province, le provincial en conseil
o    Etablira des commissions consultatives, dont il fixera la composition, les fonctions et le champ de compétence ;
o    Organisera des rencontres régulières avec les supérieurs locaux de la province…
»
C’était un temps de retrouvaille et surtout un temps très riche en partage, entre frères, dans les divers échanges.
L’essentiel des échanges a porté sur les objectifs et orientations de la province avec pour souci la qualité de vie fraternelle, l'amélioration de conditions de vie des confrères oblat et la santé financière de la province.
Les échanges francs et fraternels ont laissé le sens d'appartenance transparaître au bonheur de notre identité.
A la fin de cette rencontre provinciale, la joie était perceptible et l'espoir visible.
Vivement que cette joie continue à caractériser tout oblat.

DSC00870.JPG
DSC00923.JPG
DSC00931.JPG
DSC00847.JPG

PRESENCE OBLATE DANS LE DIOCESE DE MOUNDOU AU TCHAD

Invités il y a quelques années par Monseigneur    Joachim KOURALEYO  TAROUNGA, Evêque du diocèse de Moundou (Tchad), les Missionnaires Oblats de Marie Immaculée de la Province du Cameroun détachent deux de leurs confrères pour y répondre concrètement. Les deux confrères, les pères Fidèle GAMI et Dieudonné EZETI TIZI arrivent dans le diocèse de Moundou en la date du 19 septembre 2020 et reçoivent un accueil fraternel. Ils s’installent d’abord à l’Evêché où ils passent exactement 45 jours. Pendant cette période, ils profitent pour réfectionner l’intérieur de la chapelle, de la cuisine, et du réfectoire de leur communauté (cf. Figure 1). Comme au temps de nos premiers missionnaires, ils s’adonnent immédiatement à l’apprentissage du Mgambaye, langue liturgique du diocèse. Après quelques séances d’apprentissage, ils se jettent à l’eau pour célébrer les messes en la langue du milieu (cf. Figure 2). Mais il faut avouer que tout début n’est pas facile. Ils sont installés officiellement en la paroisse Bon Pasteur de KOUTOU (Moundou) le 08 novembre 2020 (cf. Figure 3). Ils s’engagent, par la grâce de Dieu, à apporter dans le diocèse une touche particulièrement oblate. Et ils désirent en même temps transmettre l’esprit et le charisme oblats  

chez les peuples auprès des qui ils sont envoyés. Et leur approche pastorale par excellence est l’apostolat de proximité

Que Dieu Lui-même bénisse cette nouvelle mission, que l’Esprit précède nos missionnaires, et que la Vierge Marie notre Mère intercède pour eux et les accompagne!

 

Père Dieudonné EZETI TIZI, omi