Les nouvelles de la Province

ANNEE JUBILAIRE, UN MOMENT POUR RECONSTRUIRE LA CHARITE OBLATE DANS LA PROVINCE

Le testament que notre fondateur Saint Eugène de Mazenod nous a légué est celui de pratiquer la charité entre nous et au dehors le zèle pour le salut des âmes. Et si nous jetons un regard sur le thème qui nous accompagne en cette année jubilaire, à savoir : « d’avancer au large avec espérance », nous constatons comme oblat que, ce mouvement d’aller vers l’avant nécessite la présence d’une tierce personne. C’est ainsi que de cette thématique surgit une double interrogation. Comment avancer au large avec espérance de nos jours comme oblat ? Comment cette année d’action de grâce nous aidera-t-elle à retrouver la saveur de la charité oblate qui semble disparaître ? 
L’année jubilaire est un moment d’action de grâce et un temps de relecture de notre histoire en tant que province oblate, ceci à la lumière de la foi. En jetant un coup d’œil dans l’histoire de nos premiers pères, nous voyons que la réussite de la mission auprès des pauvres est le fruit de la charité fraternelle. Si le succès de la mission est l’une des conséquences de la charité oblate, comment relèverons-nous le défi de cette charité qui est relégué au second plan dans notre province aujourd'hui? Nous soulignons ici quelques points à savoir :
Jeter un regard sur nos premières sources d’inspirations qui sont l’histoire de la congrégation et nos Constitutions et Règles. Ceci pour voir comment le fondateur et ses compagnons ont vécu cette vie communautaire et quel esprit le fondateur voulait pour chaque membre de cette famille lorsqu’il insistait dès le début de la fondation sur la charité entre nous. 
Chacun peut s’interroger en son nom en se disant : moi oblat, que puis-je faire pour reconstruire le vivre ensemble et accepter l’inter culturalité pendant cette année jubilaire. En effet, beaucoup pense que le vivre ensemble et l’inter culturalité sont impossibles pourtant, tout est possible par la grâce de Dieu et l’effort de chacun. Il suffit juste d’accepter que l’autre avec qui je suis est un don de Dieu et qu’il est différent de moi et que notre rencontre est un mystère. En outre, retrouvons en nos frères en communauté le visage des parents, des frères, des sœurs et amis que nous avons quittés car en communauté, nous trouvons ses frères capables de nous aider, de nous écouter, de nous aimer, de nous pardonner, etc.
Combattre la barrière tribale. 
Au niveau matériel, les interrogations ci-après nous aiderons à réfléchir ensemble sur la charité entre nous. Sommes-nous honnêtes dans  nos comptes ? Est-ce que nous mettons nos talents au service de nos communautés ? Est-ce que nous soutenons nos confrères en difficultés ? Et comme oblats en formation, quels types de relation avons-nous avec nos frères en communauté ?
Pour que cette année jubilaire nous aide à repenser  la charité oblate dans notre province, il faut que la pépinière de la province (le prénovicait, le noviciat et le scolasticat) cultive cet esprit de charité afin de grandir ensemble pour une mission fructueuse.

 

VINGTIEME ANNIVERSAIRE  DE L'ASSASINAT DU PERE HENRI DENEJKA

Dans la dynamique du jubilé de nos 75 ans de présence et d'action missionnaire,nous avons célébré ce 17 mai 2021 à Karna, le 2 0ème anniversaire de l'assassinat du P Henry DENEJKA, missionnaire Oblat de Marie Immaculée.

La messe Pontificale présidés par Mgr Emmanuel ABBO, Évêque de Ngaoundéré, a été pour tous une occasion d'évoquer le souvenir de ce valeureux missionnaire au tempérament doux.
Dans son homélie de circonstance, Mgr Abbo a interpellé les fidèles de Karna sur la mort de cet innocent en les invitant à poser un acte de réconciliation par un pèlerinage sur sa tombe.
Cette célébration a connu la participation d'une délégation de 4 oblats, une vingtaine de prêtres diocésains, de 3 missionnaires fransaliens, un grand nombre de Religieuses de la ville de Ngaoundéré et de Karna, des autorités (sous préfet et maire) de l'arrondissement de Mbé et des fidèles venus nombreux de Ngaoundéré et de karna-Mbé, environ 500 personnes au point où l'église s'est trouvée petite. 
Cette belle célébration s'est achevée autour d'un verre de convivialité gracieusement offert par la paroisse.

 
Henri2.jpeg
Henri4.jpeg

INTERVIEW AU PERE HYACINTH NWANERI, OMI.

 

Ne perdez pas courage! l'avenir est plus grand.

"vos ainés étaient braves. je le souhaite pour vous" mots de monseigneur Paul Lontsié-Keuné, évêque du diocèse de Yokadouma, adressés aux Oblats dans un interview fait dans son diocèse le Mardi 06 avril 2021 par le Père Ferdinand Owono Ndih, OMI. 

LE CONSEIL PROVINCIAL ELARGI AUX SUPERIEURS DE COMMUNAUTES ET DE DISTRICTS

De mardi 13 au vendredi 16 avril 2021 s’est tenu le conseil provincial élargi aux supérieurs de communautés et de districts de la province oblate du Cameroun.

Tout commence avec l’adoration au saint sacrement animée par le Père MBADI NYEP NTEP Luc, OMI, le mardi soir. Comme pour rappeler la place centrale du Christ dans la vie et la pastorale du missionnaire. 
Ensuite, le mercredi matin le Père Provincial, Père Ferdinand Owono NDIH, a présidé la messe d'ouverture au cours de laquelle il a également évoqué la nécessité de rendre grâce à Dieu en cette année jubilaire.
Parlant du conseil élargi à proprement parlant, cette rencontre répond à l’exigence du numéro 108 de notre constituions : 
« Pour une meilleure participation de tous à la vie et à la mission de la province, le provincial en conseil
o    Etablira des commissions consultatives, dont il fixera la composition, les fonctions et le champ de compétence ;
o    Organisera des rencontres régulières avec les supérieurs locaux de la province…
»
C’était un temps de retrouvaille et surtout un temps très riche en partage, entre frères, dans les divers échanges.
L’essentiel des échanges a porté sur les objectifs et orientations de la province avec pour souci la qualité de vie fraternelle, l'amélioration de conditions de vie des confrères oblat et la santé financière de la province.
Les échanges francs et fraternels ont laissé le sens d'appartenance transparaître au bonheur de notre identité.
A la fin de cette rencontre provinciale, la joie était perceptible et l'espoir visible.
Vivement que cette joie continue à caractériser tout oblat.

DSC00870.JPG
DSC00923.JPG
DSC00931.JPG
DSC00847.JPG

PRESENCE OBLATE DANS LE DIOCESE DE MOUNDOU AU TCHAD

Invités il y a quelques années par Monseigneur    Joachim KOURALEYO  TAROUNGA, Evêque du diocèse de Moundou (Tchad), les Missionnaires Oblats de Marie Immaculée de la Province du Cameroun détachent deux de leurs confrères pour y répondre concrètement. Les deux confrères, les pères Fidèle GAMI et Dieudonné EZETI TIZI arrivent dans le diocèse de Moundou en la date du 19 septembre 2020 et reçoivent un accueil fraternel. Ils s’installent d’abord à l’Evêché où ils passent exactement 45 jours. Pendant cette période, ils profitent pour réfectionner l’intérieur de la chapelle, de la cuisine, et du réfectoire de leur communauté (cf. Figure 1). Comme au temps de nos premiers missionnaires, ils s’adonnent immédiatement à l’apprentissage du Mgambaye, langue liturgique du diocèse. Après quelques séances d’apprentissage, ils se jettent à l’eau pour célébrer les messes en la langue du milieu (cf. Figure 2). Mais il faut avouer que tout début n’est pas facile. Ils sont installés officiellement en la paroisse Bon Pasteur de KOUTOU (Moundou) le 08 novembre 2020 (cf. Figure 3). Ils s’engagent, par la grâce de Dieu, à apporter dans le diocèse une touche particulièrement oblate. Et ils désirent en même temps transmettre l’esprit et le charisme oblats  

chez les peuples auprès des qui ils sont envoyés. Et leur approche pastorale par excellence est l’apostolat de proximité

Que Dieu Lui-même bénisse cette nouvelle mission, que l’Esprit précède nos missionnaires, et que la Vierge Marie notre Mère intercède pour eux et les accompagne!

 

Père Dieudonné EZETI TIZI, omi